Un projet présenté par

Convivial – Mouvement d’Insertion des Réfugiés

Partenaire artistique/culturel

Smala cinéma

Année(s) de réalisation du projet
2019
Niveau d’apprentissage du groupe
français langue étrangère
Type de groupe
Groupe composé de femmes et d’hommes réfugiés notamment du Vénézuela, de Guinée, du Soudan, de Syrie et de Palestine
Thématique(s)
Exil, rencontre, partage, convivialité
Les traces du projet

C’est un projet dont l’expérience a été très forte, d’un point de vue émotionnel et qui aurait pu avoir des suites. Mais, comme souvent, les appels à projets dont nous dépendons, l’administration du lieu qui nous accueillait et la dissolution du groupe concerné ont fait leur oeuvre. Il n’est resté comme souvent que des liens avec certain-e-s participant-e-s et les images et les sons qui composent ce film.

Présentation(s) publique(s) du projet

Le film a été projeté en présence des participants, le 22 juin 2019 dans les locaux de Convivial lors d’une fête de fin d’année.

Commentaires ou informations complémentaires

Le film a été réalisé grâce au soutien du service de la Cohésion sociale de la COCOF.

Objectif(s) du projet
Création d’un film collectif avec des moyens d’expressions divers

Film réalisé avec les apprenant-e-s de la classe de français langue étrangère d’une formatrice détachée du Centre Alpha Saint-Gilles de Lire et Écrire Bruxelles dans les locaux et avec le soutien du mouvement Convivial durant les mois de mai et juin 2019 à raison de deux séances par semaine. Il a été animé par deux animateurs de Smala Cinéma avec un soutien très fort de la formatrice Perihan Isil. Après une période d’écriture et de lecture enregistrée, chaque participant-e a pu tourner sa séquence avec l’aide des autres, dans la technique et les formes qui lui semblaient le plus convenir à son propos.

Créer collectivement un film, même sur la base de paroles individuelles, a ouvert un espace de partage supplémentaire au sein du groupe. Dans cet espace, une façon de se livrer, d’accomplir des gestes techniques ensemble, complète l’apprentissage de la langue, le prolonge par d’autres moyens. Dans la situation d’exilé récent, la simple expression de son expérience par le verbe et l’image soulage d’un poids, offre une écoute mutuelle et extérieure. Enfin, le film lie les récits entre eux, les solidarise et les projette ailleurs où ils peuvent être entendus, mieux compris.

Ce film documente la blessure de l’exil, les raisons traumatisantes du départ et la perte qu’il constitue. Il évoque la difficulté, la lenteur, la possibilité fragile de se remettre de cette blessure, qui va bien au-delà d’un simple processus d’intégration et d’acclimatation au pays d’accueil. Enfin, le film est traversé par les idées de partage, de convivialité et d’écoute, conçues comme remède à cette difficulté.

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Restez en contact avec nous

Inscrivez vous à notre Newsletter

Recevoir nos dernières actualités